top of page

Voir et Etre vu : Premiers résultats de l'enquête SafeSky.

En décembre 2023 et janvier 2024, SafeSky a mené une enquête approfondie sur le "Voir et Etre vu". L'enquête, ouverte à tous les pilotes, tant au sein qu'à l'extérieur de la communauté SafeSky. De nombreux participants répartis dans 25 pays ont partagé leurs pratiques, connaissances et appréciation de la règle de "Voir et Etre vu" et de son pendant électronique ("eConspicuity").

Les résultats offrent une vue équilibrée et transparente de l'ensemble de la communauté des pilotes, en Europe et au-delà. Il est important de noter que la communauté SafeSky a été très réactive, la rendant particulièrement représentée dans cette enquête, notamment aux questions liées à SafeSky.

Un grand merci à tous les participants pour leur contribution à notre objectif commun de créer ensemble un ciel plus sûr.

 

Le résumé des résultats...


Démographie des participants


  • Plus de 50 % des participants ont 60 ans et plus, confirmant que le vol reste une activité récréative avec des barrières d'entrée telles que l'investissement financier et le temps libre nécessaire.

  • La représentation de l'expérience de vol est équilibrée entre les pilotes débutants, expérimentés et experts.

  • La représentation de 25 pays, avec une participation importante de la France, du Royaume-Uni et de l'Allemagne, est conforme à la répartition européenne de la communauté de l'aviation générale.

  • Les classes d'aéronefs sont très diverses, avec une représentation significative de l'ULM (29 %), des avions (28 %), des planeurs et parapentes (18 %), et une présence émergente des drones (4 %), illustrant la nouvelle variété des usagers du ciel.

Les fédérations et les clubs jouent un rôle central dans la promotion du sport et l'inspiration des jeunes générations à y participer grâce à la communication, au mentorat et au parrainage.

 

Limitations du "Voir et Eviter"


  • Il est clairement reconnu que l'application de la règle "Voir et Eviter" a ses limites.

  • Les principales barrières sont la visibilité externe limitée et les activités en cockpit, avec 71 % reconnaissant ne pas avoir le temps recommandé de regarder à l'extérieur (c.-à-d. >80 % du temps passé en vol) !

  • Cela suscite une préoccupation (élevée) (59 %) quant au risque de vivre une quasi-collision ("airprox"), confirmée par 61 % des pilotes déclarant avoir rencontré au moins une fois cette situation.


 

Témoignages pilotes de quasi-collisions ("Airprox")

"En dessous de 500 pieds, en volant avec mon parapente, j'ai croisé deux hélicoptères militaires à 400 pieds."
"J'ai failli entrer en collision avec un drone à 1000 pieds !!! Je l'ai immédiatement signalé à Bruxelles info."

Le saviez-vous ? Avec SafeSky, vous verrez des parapentes, des drones et également des appareils militaires.


  • Les quasi-collisions se produisent principalement en dessous de 2500 pieds, en circuit ou lors de l'approche d'un aérodrome. Un surprenant 16 % ont vécu des quasi-collisions au-dessus de 2500 pieds.

  • Les pilotes hésitent à signaler ces incidents (73 %) en raison de tracas administratifs, d'un manque de connaissance de la procédure ou de l'avoir simplement mentionné de manière alternative (Tour, ATC, directement au pilote, ...).

Comment et quand déclarer une quasi-collision ? SIGNALEMENT D'AIRPROX

"Si vous estimez que votre aéronef a été mis en danger pendant le vol en raison de la proximité d'un autre aéronef, créant ainsi un risque de collision, signalez-le par radio. Si cela n'est pas possible, immédiatement après l'atterrissage, contactez par téléphone ou par d'autres moyens l'unité de service du trafic aérien." Source : EASA. Message type: "AIRPROX, F-xxxx wants to report an AIRPROX"

 

Les systèmes de visibilité électronique (dispositifs EC - eConspicuity)



  • 76 % des participants utilisent un dispositif EC, avec des variations selon les pays, la France montrant le taux d'adoption le plus bas (seulement 66 %), et le Royaume-Uni se distinguant avec 93 %.

  • SafeSky est le dispositif EC le plus populaire (73 %), probablement en partie expliqué par le taux élevé de participation de la communauté SafeSky à cette enquête, mais confirmant également son niveau d'adoption élevé.

  • L'adoption des systèmes de détection se partagent comme suit: FLARM (28 %), ADS-B in (24 %), SkyEcho 2 (13 %), PilotAware (11 %), et Stratux (6 %). Il faut bien entendu tenir compte que certains boîtiers permettent, par exemple, de recevoir le FLARM et l'ADS-B.

  • Parmi tous les pilotes utilisant un dispositif EC, 55 % utilisent un seul système. Les pilotes utilisant plusieurs systèmes combinent principalement SafeSky avec FLARM (11 %), avec ADS-B (10 %) ou ces trois combinés (7 %), ou encore SafeSky avec Pilot Aware (6 %).

 

Préoccupations et limites des dispositifs EC


  • 22 % des pilotes ne savent pas ou ne sont pas certains de quel trafic leur dispositif EC affichera, tandis que 64 % n'ont pas une confiance totale dans la capacité de leur système à détecter un risque potentiel de collision.

  • Ce manque de connaissance et de confiance est exprimé quel que soit le système et la combinaison utilisés.



  • 72 % des pilotes confirment avoir remarqué des aéronefs convergents que leur système n'a pas détectés.

  • Inversement, dans 83 % des cas, les dispositifs EC ont repéré des aéronefs avant les pilotes.

  • Cela souligne la nécessité de combiner à la fois la vision humaine et électronique.



  • Ce que les pilotes regrettent le plus en termes de visibilité électronique, c'est que tous les pilotes ne se rendent pas électroniquement visibles, et le manque d'interopérabilité entre les systèmes.

"L'absence d'obligation pour tous les utilisateurs du ciel d'être visibles est le VRAI problème."
 

Logiciels de navigation



  • SkyDemon est le logiciel de navigation le plus utilisé (46 %), surtout au Royaume-Uni (73 % des utilisateurs), puis SDVFR (23 %) principalement utilisé en France, suivi de ForeFlight, AirNavPro, Garmin Pilot et EasyVFR.

  • 33 % déclarent utiliser plusieurs logiciels, tandis que 5 % déclarent ne pas en utiliser.




 

Conclusion

L'enquête révèle des défis et opportunités majeurs pour améliorer la sécurité aérienne.

  • Les inquiétudes et les incidents de (quasi)-collisions soulignent la nécessité de renforcer les actions et les solutions pour améliorer la sécurité aérienne.

  • Les limites du principe traditionnel du "Voir et Eviter" et le succès variable pour repérer le trafic, que ce soit par le pilote ou les systèmes, soulignent l'importance de combiner la vision humaine et électronique.

  • Les pilotes exprimant des incertitudes et ignorances quant aux capacités de leurs systèmes mettent en avant un besoin d'éducation et d'information.

  • Enfin, d'importantes frustrations émergent de l'invisibilité des autres pilotes et des problèmes d'interopérabilité des systèmes.

Une excellente occasion de réunir pilotes, organisations et entreprises/fabricants pour créer ensemble un ciel plus sûr !

 

Et maintenant ?

Dans nos prochaines newsletters, nous explorerons de manière plus détaillée certains sujets abordés dans l'enquête, et bien sûr, le feedback reçu sur l'utilisation de SafeSky.


Nous discuterons de ces résultats avec l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) et nos autres partenaires pour aborder individuellement et collectivement les améliorations de la sécurité aérienne.


Nous voulons remercier une fois de plus tous les pilotes d'avoir pris le temps de partager leur expérience avec l'eConspicuity de manière transparente.


bottom of page